Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/mairiechme/www/config/ecran_securite.php on line 283
Ecologie & ruralité - Mairie de Chalmaison

Accueil > A la une > Ecologie & ruralité

Ecologie & ruralité

Le mot du maire


Espace verts communaux, un casse-tête pour maintenir une certaine qualité d’entretien


Depuis le 1er janvier 2017, l’usage des pesticides chimiques est interdit sur une grande partie des espaces ouverts au public. Votée dans le cadre de la loi de transition énergétique, cette mesure constitue, avec la loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, une avancée majeure pour la protection de la biodiversité et de la santé des populations.
La commune de Chalmaison, qui s’étend sur 1 004 hectares, arborée et traversée par plus de 10 km de voirie, compte dans son patrimoine des édifices publics qui sont également bordés de verdure (cimetière, église, écoles, atelier, mairie, salle polyvalente...), sans omettre le parc Michel FORET de plus d’un hectare.

Notre village est donc désormais soumis à l’interdiction d’utilisation de produits phytopharmaceutiques depuis le 1er janvier dernier ; les personnes qui pratiquent le jardinage et la culture connaissent l’incidence de cette mesure sur la maîtrise souvent difficile de la nature.
Un entretien quotidien, rythmé par les caprices de la météo, est donc imposé à l’ensemble de nos agents communaux, et nous ne pouvons que leur rendre hommage au regard de la difficulté et de l’ampleur de la tâche et ce, d’autant qu’elle s’ajoute à de nombreuses nouvelles missions qui leur sont confiées, notamment la sécurité de nos enfants à la sortie des écoles (Plan Vigipirate).
Des techniques alternatives comme les méthodes thermiques (flamme directe entre autre) ou encore mécaniques (binette, brosse rotative, balayeuse...) sont utilisées ou vont l’être. Mais l’alternance -pluie intense et ensoleillement maximum- que nous connaissons cet été n’est pas pour ralentir la prolifération des mauvaises herbes dans notre environnement. Nous allons donc devoir admettre la présence plus fréquente d’une végétation spontanée dans nos cimetières et nos espaces verts.
Mais nos efforts seront récompensés. Nos massifs vont redevenir de véritables refuges pour de nombreuses espèces d’insectes, où prédateurs et proies s’autoréguleront. Ce changement sera également un moyen précieux de lutter contre le déclin de certaines espèces (coccinelles, papillons...), et puis saviez-vous que la première fleur que butinent les abeilles est le pissenlit ?
Au 1er janvier 2019, la vente et l’usage des pesticides chimiques sera également interdite aux particuliers. Je demande à chacun d’entre vous de « jouer le jeu ». Il y va du devenir de notre santé et plus particulièrement de celle de nos enfants...


Bien à vous,


Jean-Pierre DELANNOY